Kale est donc ce légume?

Déménager, qui plus est dans un pays étranger, c’est s’approprier un nouvel environnement, se créer de nouvelles habitudes, réorganiser sa vie en fonction du lieu où l’on se trouve. Cela demande forcément quelques sacrifices, comme faire une croix sur une bonne baguette au petit-déjeuner, se passer du saucisson à l’apéro ou ne plus pouvoir sortir de chez soi sans prendre la voiture. C’est aussi une excellente occasion de tester de nouvelles choses, de faire des découvertes…

S’il y a une chose que je ne regrette absolument pas, depuis notre arrivée, ce sont les $380 d’adhésion à notre AMAP (ou CSA en anglais). Bien sûr, j’avais déjà pensé faire cette démarche en France, sans jamais aller jusqu’au bout. Il faut dire que nous avons beaucoup de chance, la ferme se trouve à moins de 4 kilomètres de notre « chez nous » américain. Et puis, lorsque l’on vit dans le pays de Monsanto, curieusement, on est plus motivé pour trouver des légumes produits sans traitements chimiques. C’est un vrai plaisir, chaque vendredi après-midi, d’être accueillis par Steve, le patron. C’est toujours l’occasion d’échanger des recettes, de parler des récoltes de la semaine, de faire des comparaisons avec la France.

Ne pas choisir ses légumes c’est aussi le meilleur moyen de découvrir ou redécouvrir certains produits et de faire évoluer sa cuisine. Par exemple, ces dernières semaines, nous avons eu le plaisir de déguster des côtes de blette (ou bette), des choux rave, du pak choi.

Et cette semaine, surprise, un légume complètement inconnu à mes yeux : le kale ! Le nom m’était familier, et j’en avais déjà mangé dans des salades composées ici mais je ne savais pas à quoi il ressemblait à l’état naturel. J’associais vaguement le mot kale à du chou (sans trop savoir pourquoi) et bien, ça ne ressemble pas du tout à du chou !

Le kale de notre panier

Le kale de notre panier

Pourtant Steve nous a confirmé qu’il appartenait bien à la même famille. Il n’en revenait pas que nous ne connaissions pas ce légume. Apparemment c’est la grande star des potagers. Tous les Américains qui ont un jardin font pousser du kale. Évidemment, depuis que nous en avons rapporté de la ferme, j’en vois partout : dans les supermarchés, sur les cartes des restaurants… C’est fou comme l’inconscient nous dirige naturellement vers ce qui nous est familier et nous cache parfois ce qui nous est inconnu. Il a précisé que, pour lui, c’est LE meilleur légume qui existe, en tous cas d’un point de vue nutritif. Il nous a expliqué comment le cuisiner : sauté à la poêle dans un peu d’huile d’olive. Mais il faut cuire les branches en premier car elles sont assez dures. Il suffit de les découper en petits tronçons et d’ajouter un peu d’ail. Puis en fin de cuisson, on ajoute les feuilles coupées en lanières. Les feuilles se mangent également crues en salade. Nous avons testé les deux et c’est délicieux !

Notre poêlée de kale

Notre poêlée de kale

Il existe plusieurs sortes de kale. Celui que nous avons cuisiné est du kale rouge de Russie. Pour la traduction de kale en français, sur Internet on trouve : chou frisé. Ce serait en fait un chou frisé non-pommé mais pour le goût, je vous assure que ça n’a absolument rien à voir.

Deux clics sur Google et je suis assez rapidement tombée sur le site d’une Américaine de New York installée en France depuis quelques années, Kristen Beddard Heimann. Kristen a été tellement surprise de ne pas trouver de kale en France qu’elle s’est fixé comme projet de réintroduire ce légume oublié en France. Et elle a très rapidement réussi à faire le buzz. Vous pouvez aller jeter un œil à son site lancé en 2012 : www.thekaleproject.com

Et si contrairement à moi, vous connaissiez déjà ce légume, c’est probablement grâce à elle. En fait je me suis rendu compte que sur beaucoup d’articles français on parle de chou kale, ce qui explique probablement pourquoi je l’associais à du chou.

En tout cas pour ceux qui n’ont jamais testé, je vous le conseille, en plus, il paraît que c’est excellent pour la santé. Et pour ceux qui ont la chance d’avoir un jardin potager, n’hésitez pas, c’est très facile à faire pousser, paraît-il. Par contre, je ne sais pas si les graines se trouvent facilement… Tenez-moi au courant.

Quelques liens pour finir:

2 articles (en français) qui parlent du kale:

Nouvel Obs: 31/08/2013 

Le Monde: 12/02/2015

Le site de notre AMAP (la ferme de Steve)

Publicités